AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Event 1
Commencez l'aventure maintenant en participant au banquet qui a lieu chaque année en l'honneur de la paix entre les royaumes. Cette cérémonie scelle l'harmonie et la coopération entre Arendelle, Dun Broch, Agrabah et Corona. Tous les habitants sont conviés dans l'une des vertes plaines de Dun Broch pour se souvenir du passé, se réjouir de leur présent et envisager leur futur. clique
Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]



 

Partagez | 
Poster un nouveau sujet   Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]
 :: DH vol. 1 :: RP - Intrigues
Répondre au sujet



Messages : 145
Date d'inscription : 10/04/2015

MessageSujet: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   Dim 24 Mai - 14:09


Recherches intensives



Concentrée sur mon cours de Lois Magiques, une sorte d'étude approfondie de l'Histoire de la Magie, je griffonnais sur mon parchemin tout ce que le professeur pouvait bien nous dire. On entendait que le professeur parler, tous les monde suivait sans broncher et prenait des notes. Cela me changeait vraiment du premier cycle où dans cette matière, la plupart de mes camarades étaient dissipés. On sentait bien que ça avait changé d'ambiance, qu'avec la spécialité de la Justice magique, on était passé au niveau supérieur. Ça me faisait quand même bizarre dans le sens où j'avais appris à étudier avec le bruit autour de moi. Je m'y habituerai, ce n'était qu'une question de temps.

Quand il mit fin au cours, je rangeais rapidement mes affaires et sortais en quatrième vitesse. Je n'étais pas du genre à me dépêcher en général, mais je n'avais qu'une heure pour continuer mes recherches et je comptais bien les avancer le plus possible. J'entrais à la bibliothèque, adressant un rapide salut au gardien des lieu j'allais m'installer dans mon petit coin fétiche, loin de l'entrée, loin des gens, bien cachée. Je sortis mes notes et m'installais confortablement, les sourcils froncés.

Orphéus Gink, un élève du Cursus de Défense Magique. Il m'intriguait fortement. Je ne savais pas pourquoi, ça me titillait. Il était arrivé à l'école en sixième année, à l'âge de dix huit ans, soit avec deux années de retard. Déjà, je trouvais ça louche. Mais en plus de ça, j'étais persuadée de l'avoir déjà vu avant, bien avant. Mais où ? Je n'en avais aucune idée. Il fallait que je trouve. Et pour ça, il me fallait les archives des journaux. J'étais certaine qu'il n'était pas du tout ce qu'il prétendait être et je voulais avoir cette satisfaction personnelle de le dévoiler au grand jour, même si bien sûr je garderai cette information pour moi une fois que je l'aurais. Mes recherches n'étaient pas passés inaperçues pas contre, mais je n'en avais que faire. Certains étaient déjà venus poser des questions auxquels je n'avais pas répondu. Je ne tenais pas à attirer l'attention sur lui ni sur moi. Ça s'était tari depuis quelques jours, et j'étais bien contente. Je pouvais enquêter tranquillement.

Je me levais, laissant mes affaires à leurs place et allait chercher la compilation des numéros de la gazettes des dix dernières années. Il n'était pas tombé ici comme un cheveux sur la soupe, c'était certain. Il était revenu il y avait trois ans avec deux années de retard... Cinq ans. J'avais treize ans à l'époque, mais ça se tenait. J'avais bien pu le croiser à cette époque.... Il fallait que je remonte à cinq ans, j'en étais intimement persuadée. Il avait du se passer quelque chose à ce moment là. Il fallait que je sache. J'ouvris le gros livre et le mis à lire les articles, un par un, de 2039.

___________________


  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 103
Date d'inscription : 14/04/2015

MessageSujet: Re: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   Mer 24 Juin - 1:40


Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches


Le corps allongé sur le sol. Plus aucune once de vie en lui. Il s’approche lentement, effrayé par la mort qui entoure le lieu comme une ombre maléfique. Il a peur. De quoi ? De se retrouver face à la vérité ? Mais la vérité, il la connaît déjà. Depuis bien trop longtemps il la ressent en lui et il sait pertinemment ce qu’elle représente. Et pourtant, quand bien même il voudrait faire demi-tour, il s’avance et pose sa main sur l’épaule froide et humide de son père. Il aimerait prononcer un seul mot mais lorsqu’il retourne le corps c’est le visage de son oncle qui lui revient. Menaçant et prévenant, il lui crie de courir et de partir loin, de ne plus jamais revenir.
Et il se réveil. En sursaut, cherchant une accroche dans l’obscurité de la pièce. Il voit les corps de ses camarades endormis et se remercie silencieusement de ne pas les avoir réveiller. Mais peut-être sont-ils habitués à ses peurs nocturnes ? Il ne sait pas et s’en moque un peu. Il regarde sa montre et constate que bientôt ils devraient se lever. Alors il ne se rendort pas, trouvant cela même effrayant de devoir se retrouver une fois de plus face aux démons de son passé. Et quand bien même il tenterait de fuir son inconscient, il ne peut échapper à l’ombre qu’il traine derrière lui. C’est comme si il y avait écrit « j’ai tué mon père Morpheus King » sur son front, et c’est à cela qu’il ne cessait de se répondre «  non je suis Orpheus Gink, je ne suis plus Simeon King. »

Il n’avait pas voulu se diriger dans un lieu public une fois de plus. Alors, il avait marché plutôt rapidement, peut-être de peur de rencontrer quelqu’un ou que dans l’obscurité des couloirs ne lui saute dessus le fantôme de son défunt paternel. Et alors il avait trouvé refuge dans la bibliothèque. Dans un coin reculé, assis sur une table, le premier livre qu’il avait attrapé posé devant lui, il avait commencé à lire. Enfin, c’était l’impression qu’il avait donnée. Il regardait les lettres, les images et les mots danser devant lui sans vraiment les regarder. Il ne savait même pas si c’était un livre qui lui était nécessaire pour les cours et il s’en moquait pas mal. Il essayait juste de lutter contre le sommeil, essayer de se concentrer pour ne pas laisser les paupières tomber d’elles-mêmes. Et pourtant, c’était ce qui était arrivé.

Réveillé par un bruit sourd, il avait sursauté. Un claquement, un bruit brutal qui avait été dans son cauchemar comme un coup de canon. Encore un mauvais rêve. Quand arrivera-t-il à combattre ses démons ? Sûrement jamais. Il sera à jamais posséder par les fantômes de son passé. Trop faible pour avancer, trop faible pour se battre, trop faible pour résister. Il se laissait porter sans broncher, recevant chaque nouveau coup et laissant son cœur saigner de toutes parts. Son ventre avait commencé à se manifester lentement et il avait décidé que l’heure était venue d’aller se nourrir. Il ne savait pas bien à quel point la journée avait été entamée mais il se doutait que la Grande Salle était plus ou moins vide. Il s’était alors levé, le livre à la main et prêt à le ranger dans l’une des étagères. Sa marche rapide soulevait l’air autour de lui, si bien que sur son passage, une feuille s’était envolée. Il s’était retourné, poli et amical, refusant de laisser ce petit bout de papier sur le sol où tout le monde pourrait laisser son empreinte, il l’avait ramassé. Et sa curiosité avait été poussée. Puis son cœur avait manqué un battement. Au vue de son prénom écrit plusieurs fois dans les lignes du papier, il s’était cru dans un nouveau cauchemar et pourtant. Il tournait la tête à droite, à gauche, cherchant à qui pouvait bien appartenir cette feuille et quand il ne voyait personne, il avait pris une décision. Chiffonnant la feuille, la fourrant dans sa poche, il s’empressait en même temps d’analyser les autres paperasses étalées sur la table. Son nom. Encore son nom. Sueur froide, crainte et stress intense. Non, il ne fallait pas qu’on mette son secret à jour. Alors il avait attrapé ces papiers et les avait mis dans son sac. Effacer les preuves, s’enfuir à toutes jambes avant qu’on ne l’attrape. Et à peine s’était-il retourner qu’une demoiselle lui faisait face. Il n’avait pas besoin de poser la question, son regard lui répondait déjà. En effet, c’était ses affaires, en effet elle semblait mener l’enquête sur lui. Les journaux qu’elle tenait dans ses bras montraient bien qu’elle se méfiait de son identité.  Les mains tremblantes, il essayait de paraître normal et fort quand bien même elle l’avait sûrement surpris à voler les preuves. « Euh… Salut. » Un sourire innocent, essayant de lui faire oublier l’acte qu’il vient de commettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 145
Date d'inscription : 10/04/2015

MessageSujet: Re: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   Jeu 25 Juin - 0:13


Grillé, mon pote !



A vrai dire, je n'avais pas entendu de bruits dans la bibliothèque. Donc je me pensais réellement seule. Enfin, ça, c'était avant que je ne revienne à ma place. Les bras chargés d'archives de la gazette, heureuse de mes trouvailles, je retournais m'installer quand je le vis, là, à fouiner dans mes affaires. Je ne pus m'empêcher de pousser un petit cri... D'ailleurs, le gardien des lieu me lança un regard si froid que je rougis avant de m'excuser platement. Puis je me tournais de nouveau vers lui. Orphéus Gink en personne. Si je m'y attendais à ça.... Mais alors pas du tout. Je m'approchais et posais les journaux sur une chaise, avant de lui sourire.

« Salut ! »

Il avait lu mes notes. Mémoire photographique aidant, il m'en avait aussi certainement subtilisé. Je pris place près de mes journaux, sur une chaise et en pris un l'air, de rien et cherchais de quoi me mettre quelque chose sous la dent dans ce numéro de la gazette. Après quelque secondes, j'eus un petit rire et le regardais.

« Tu sais, j'ai ce qu'on appelle la mémoire absolue et à long terme. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est comme ça. Je sais que tu as pris certaines choses, sur cette table. Mais je peux aussi te dire ce qu'il y a d'écrit sur chacun d'entre eux. Alors tu auras beau me voler mes notes, ça ne me gênera pas le moins du monde. »

Je me levais, entraînant ma chaise que je plaçais face à une autre. Je m'installais, sur la mienne et me raclais la gorge, l'invitant à s'installer.

« On peut en parler aussi, au lieu de faire comme si de rien était. »

Je pris le reste de note qu'il restait sur la table et lui tendit. C'était tout ce que je savais sur lui. Et je connaissais mes notes. Maintenant qu'il m'avait cramé dans mes recherches, autant jouer franc jeu avec lui.

« Je te rassure, je n'enquête pas sur toi gratuitement, ni pour te taper l'affiche, je pense que c'est la dernière chose que tu veux. Mais je suis certaine que tu n'es pas celui que tu prétend être. Je suis certaine de t'avoir vu ici avant que tu n'arrives. Quelque chose à dire sur le sujet, peut-être ? »

Je me doutais qu'il ne me dévoilerait pas son identité. J'étais même persuadée qu'il nierait même et me balancerait mes théories à la figure. Et je n'étais malheureusement pas empathe pour capter s'il me mentait ou non. Mais je me contenterai de l'observer, à voir. Si ça se trouve, j'avais tord. À voir...


___________________


  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 103
Date d'inscription : 14/04/2015

MessageSujet: Re: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   Sam 4 Juil - 1:36


Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches


Comment pouvait-on exprimer le malaise intense de notre cher Orpheus ? Il aurait aimé que tout ceci, que cette scène qui se jouait devant lui n’était qu’une vulgaire manipulation de son esprit. Et pourtant c’était la réalité. Non, sa couverture n’était pas assez efficace. Oui, il aurait dû partir autre part.  S’éloigner, fuir dans une contrée où personne ne pourrait le retrouver ou bien juste le reconnaître. Car c’était ainsi, le temps avait beau agir sur son visage, il restait le même. Il ne pourrait échapper à ce qui était. Il était Siméon King, on pourrait le nommer autrement que ça resterait pour toujours une certitude. Dans ses veines coulait le sang des King, cette famille détruite par la mort, par la perte d’êtres aimés. Et pourtant il cherchait à se prouver le contraire. Non pas qu’il ne voulait plus être considéré comme tel mais qu’il ne se trouvait plus assez digne de porter un tel patronyme.
Alors oui, il ne voulait pas qu’on le démasque. Oui, il avait attrapé les notes de cette pauvre demoiselle et les avait volées. Littéralement. C’était un fait, il n’avait pas à le nier, c’était exact. Sûrement lui cracherait-elle son venin dessus ou bien irait-elle tout simplement le rapporter à un adulte avec plus de pouvoir. Il ne savait quelle situation serait possible, il ne saurait quelle situation pouvait être la plus sécurisante pour lui.

Il ne l’avait pas lâchée un seul instant, une seule seconde des yeux. Il la voyait s’avancer, poser ses documents sur la table et s’installer sur une chaise face à lui. Qu’allait-il prendre ? Un avertissement ? Des railleries de sa part ? Elle allait le menacer de tout dévoiler ? Il ne savait et plus elle restait silencieuse, plus la crainte d’Orpheus se faisait sentir. Les mains tremblantes, le cœur s’affolant, désireux de crier pour évacuer ce surplus d’émotions qui se faisaient en lui. Crainte, peur, colère et tristesse. Il voulait la secouer, pour qu’elle réagisse mais il avait réussi à se contrôler. Tout du moins, il avait réussi à garder son sang froid jusqu’à ce qu’un léger rire cristallin ne traverse ses lèvres. Etonné, il ouvre de grands yeux et la regarde. Alors elle était autant obsédée par cette affaire ? Elle se préoccupait autant de ce mystère qui planait au dessus de lui ? Apparemment, oui. Elle se rappelait de ce qu’elle l’y avait écrit, elle savait ce qui était écrit et ce qui ne manquerait pas dans sa fichue mémoire. Dire que lui avait à peine du mal à retenir le nom de ses professeurs…
Elle se levait et arrangeait les chaises pour qu’une discussion – ou interrogatoire serait plus judicieux à utiliser selon l’avis du jeune Gryffon – se fasse plus facilement. Les yeux toujours ouverts, la surprise et l’incompréhension se lisant sûrement sur son visage il n’avait d’abord pas bronché. Méfiant, il ne savait que penser de cette demoiselle. Peut-être qu’elle disait la vérité, sûrement qu’elle ne cherchait à résoudre qu’un simple petit mystère mais ça n’était pas sûr. Comment savoir s’il pouvait lui faire confiance ? Non, ce n’était pas ça la bonne question. Il fallait qu’il trouve un moyen de se débarrasser d’elle. Il fallait qu’elle oublie cette « enquête », qu’elle se trouve une autre occupation.

Alors il s’était levé. Il avait attrapé ses papiers, toutes ces notes qu’il avait si peu discrètement volées, et les avaient posées sur la table sans un mot. Il ne savait que dire, que faire. Son esprit était trop en panique pour savoir quelle était la bonne solution. « Tu n’as pas le droit. » Et c’était la rage qui l’avait emporté sur toutes ses autres émotions. Le regard foudroyant, il l’avait fixé de cet air si sévère qu’il arborait pourtant si peu. « Tu n’as pas le droit d’enquêter sur les gens sans leur demander leur consentement. Tu crois que parce que tu es mignonne, que tu es intelligente et que tu es une serdaigle ça te donne le droit de faire toutes ces recherches ? » Et il s’était rapproché un peu plus d’elle. Le doigt posé sur le front de la jeune fille, il s’était fait menaçant et méchant. « Je ne te connais pas et tu ne me connais pas, et ça me va parfaitement. Mêle toi de ce qui ne te regardes pas et tu en payeras les conséquences. » Il n’avait pas peur d’elle. Ca non. Ce n’était pas parce qu’elle était une fille, mais plutôt parce qu’il savait qu’un simple sort pourrait la faire changer d’idée face au mystère d’Orpheus Gink. Un sort des Oubliettes et elle se pencherait sur un tout autre sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 145
Date d'inscription : 10/04/2015

MessageSujet: Re: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   Jeu 9 Juil - 19:40


Ok, là, c'est la galère totale



Il avait eu une absence. Apparemment j'avais tapé juste. Ça se voyait à sa façon d'agir. Il me fixait sans savoir quoi faire, sans savoir s'il devait me faire confiance ou non. Sans savoir s'il devait me dissuader ou pas. Et à vrai dire, il me faisait peur. S'il explosait, je n'étais pas vraiment de taille à me battre contre lui, sauf si j'utilisais la magie... Ce qui était interdit à l'intérieur de l'établissement sous peine de punition sévère. Mais à mon avis, lui, il n'hésiterait pas à s'en servir si jamais il le décidait. Puis, c'était un Gryffondor, le règlement, ce n'était pas sa principale préoccupation. Bref, je le cachais, mais j'espérais franchement qu'il ne s'en prendrait pas à moi.

… Dommage. Mes belles espérances volaient en éclats. Son regard plein de haine me fixaient. Il dégageait une rage tellement forte que je dus détourner les yeux, et m'écraser légèrement. Il me fit réellement peur. Je ne savais pas vraiment comment réagir. D'un côté, oui, il avait raison, oui, je n'avais pas à me mêler de ce grne d'affaire. Après tout, qu'est-ce que j'avais à faire qu'un élève ne soit pas qui il prétend être hein ? C'était son problème ! Pas le mien... Non. Je ne pouvais décemment pas. Ce garçon mentait sur son identité et sa réaction était la preuve que j'avais raison. Pourquoi je m'écrasais ? Oui j'avais peur ! Oui ce n'était pas mon problème... Pas directement. Il trompait tout le monde ! Merde fallait bien que quelqu'un s'en aperçoive ! Mon sang ne fit qu'un tour. Je me levais et lui fit face, sans lui montrer la peur qui serrait mon ventre.

« Certes, je me mêle peut-être ce que qui ne me regarde pas. En attendant, de quel droit tu mens à toute l'école sur ton identité ? Tu crois que je suis la seule à avoir remarqué qu'il y avait quelque chose de bizarre avec toi ? À commencer par tes camarades Gryffondor ! Ça jaze beaucoup sur toi, Orphéus... Ou je ne sais quel prénom vu que tu ne t'appelles pas comme ça, en réalité. Alors oui, moi, au lieu de parler sur ton dos, je fais des recherches, tranquillement dans mon coin. Et je ne suis pas le genre à faire de vague, je n'en parlerai à personne. »

Je soupirai et passais une main dans mes cheveux, l'autre agrippant ma baguette dans ma poche. Autant être prête au cas où il m'attaquerait. Je ne tenais pas à me battre avec lui, il avait gentil comme garçon. Il faisait sans doute ça contre sa volonté. Je fermais les yeux quelques secondes et, doucement, lui pris le poignet. Je n'étais pas quelqu'un de méchant, loin de là. Je lui souris légèrement.

« Excuses-moi si ça a pu te blesser, je ne faisais pas ça dans cette intention. À vrai dire, tu ne serais pas tombé dessus par hasard, tu ne l'aurais même jamais su, tu sais... Tout ça pour te dire que je sais garder les choses, même si j'en ai pas l'air. »

Beaucoup pourraient confirmer que j'étais une fille relativement discrète au niveau des secrets, je les gardais toujours. Autant oui, j'étais curieuse et fouineuse (et la preuve que ça pouvait attirer des ennuis était devant moi), mais jamais je n'aurai trahi quelqu'un en dévoilant un secret. Je soupirai à nouveau.

« C'est pas trop dur à supporter ? La double personnalité, je veux dire. »

Il fallait que je le pousse à parler... Et autant pour sa santé mentale que la mienne.

___________________


  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je découvrirai qui tu es, même si tu m'en empêches [ft Orphéus]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [THEME] Pack pour rendre le Sense 2.5 transparent...+ personnalisation Menu Démarrer
» [SOFT] SENSE TASK V1.0 : Gestionnaire de tâches Outlook [Gratuit]
» Ports de Pêches
» Les sites et magasins où l'on ne peut s'empêcher d'acheter
» Pêches farcies aux amaretti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Seeker Upon Disney :: DH vol. 1 :: RP - Intrigues-