AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Event 1
Commencez l'aventure maintenant en participant au banquet qui a lieu chaque année en l'honneur de la paix entre les royaumes. Cette cérémonie scelle l'harmonie et la coopération entre Arendelle, Dun Broch, Agrabah et Corona. Tous les habitants sont conviés dans l'une des vertes plaines de Dun Broch pour se souvenir du passé, se réjouir de leur présent et envisager leur futur. clique
"Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens



 

Partagez | 
Poster un nouveau sujet   "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens
 :: DH vol. 1 :: RP - Intrigues
Répondre au sujet

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Mar 7 Juil - 15:37

Amour blessé et souvenirs amer




Des événements troublant c'était passé à Poudlard. C'est pourquoi je marchais en direction du château depuis Pré au Lard. Je pourrais transplaner mais le temps ne m'en donnait aucunement envie. L'hiver était l'une de mes saisons préférés et maintenant que le sol était recouvert du tapis blanc j'aimais me balader dessus et entendre le craquement des flocons sous mes chaussures. Je tenais une pochette contre moi, une écharpe en laine noire autour de mon cou me protégeant de la morsure du froid.

Cela me faisait bizarre de revenir à Poudlard après tout ce temps passé au Ministère. Et surtout dans de telle circonstance. Après tout ce n'était pas les plus agréables qu'il soit et ce n'était certainement pas pour prendre le thé avec ce cher Elias. Je soupirais continuant ma traversée du village qui s'activait pour Noël. Ah, j'avais oublié Noël. Demain. Je soupirais. Je le passerai encore loin de chez moi...

En sortant du village, j'empruntais le chemin qui menait à l'école en repensant à ces attaques étranges. Celle de la rentrée et celle du Lac Noir. Je savais que cela n'allait pas plaire à Walter que le Ministère se mêle ainsi de ses affaires mais j'étais la Directrice du DCMI et il était mon devoir d'aller partout dans le monde pour recenser ses attaques qui pour l'instant n'ont ciblé que le château. Et j'avais besoin de détail car cela pourrait ainsi cibler mes recherches pour savoir si le monde magique était en danger. Après tout, c'est mon boulot à moi de cacher le monde magique aux yeux des moldus. Et d'unifier le monde magique. Et c'est certainement pas une bande de troll farceur qui vont tout gâcher en blessant et tuant des élèves! Ça non!

Je marchais d'un pas rapide, mon trois quart noir ouvert, sur une robe grise et cintrée. Malgré le froid, je tenais à être présentable. Mes bottes beige remontaient jusqu'en dessous des genoux. Je continuais toujours à marcher vers le château, et mes pas me firent alors penser à tout ce que j'avais vécu à Poudlard, de bon comme de mauvais d'ailleurs.

Je me souviens lorsque j'ai obtenu mes BUSES et mes ASPICS, moi qui était allée à Serpentard. La rusée et maligne mais qui bossait tout le temps. Plusieurs fois je croisais le directeur et plusieurs je lui parlais. Je l'aimais bien ce grand bonhomme. Il était gentil et autoritaire. Une doses parfaite entre les deux. Et je me souviens de mon seul amour que j'ai eu. Mike Owens. Aussi longtemps que je me souvienne, je l'avais toujours admiré, il avait du charme, il avait une certaine classe qui lui allait si bien et surtout, il était à Serpentard, de deux ans de plus que moi. Et contre tout attente, il était sorti avec mois. Cela avait duré quelques mois. On l'avait fait bien sur. Mon premier amour. Qui m'avait lâché aussitôt derrière. Je lui avais demandé pourquoi, moi qui étais juste là au mauvais moment. Il n'as rien répondu. Sur le moment.

J'étais tellement humiliée ce jour là que je m'étais promis de ne plus jamais tombée amoureuse. Bien sur, j'ai eu des aventures, je reste tout de même une humaine normalement constituée mais jamais, jamais je ne revivrais ce jour. Et je m'étais totalement concentrée sur ma carrière. Aujourd'hui je ne regrettais rien. Je traversais maintenant le parc où des élèves étaient en train de jouer dans la neige. Je souriais à plusieurs d'entre eux, certains me le rendirent alors que d'autres me regardaient d'un air de dire « Qui c'est celle là? ». Fidèle à moi même, je leur lançais un air hautain et arriva finalement sur le parvis de Poudlard. Je m'arrêtais à ce moment. Je trouvais ce château si exceptionnel et me retrouver de nouveau ici me faisait vraiment drôle. Je passais une main sur le bois de la porte et entra.

Le château n'avais pas changé d'un poil. Il était toujours aussi gigantesque, les escaliers étaient toujours là et rien n'avait bougé. Je continuais ma route et vit certainement un professeur. Il devait parler avec un autre et tenant toujours ma pochette contre moi, inspira un grand coup et me dirigea soudainement vers eux. Une fois arrivé à leur hauteur, l'un des deux me tourna le dos, je les interpellais alors:

-Excusez moi! Je dois voir Walter Elias, son bureau se trouve t-il toujours au même endroit?

J'avais posé mon sac sur mes épaules et tenait toujours ma pochette, le symbole de mon département dessus. Je relevais les yeux, car la personne qui me tournait le dos avait au moins une tête de plus que moi et quand je relevais les yeux, je ne pus empêcher un cri de surprise s'échapper de ma gorge...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Mer 8 Juil - 1:34


Ok, c'est définitif, aujourd'hui j'ai la poisse



La journée était plutôt cool, en fait. Fraîche, froide même au vue de la neige qui tombait à l'extérieur. Je détestais la neige. Mais la neige fondue faisait aussi un excellent composant de potion, mais il la fallait pure. J'avais passé une partie de la matinée dehors, emmitouflé dans un manteau chaud, gants et bonnet (je vous laisse imaginer à quel point j'étais l'élégance même dans ce genre de tenue) à attendre que la neige tombe dans un récipient en métal et qu'il le remplisse... Deux heures ! Autant vous dire que j'avais hâte de rentrer. Café, douche, café encore parce que bon, le froid quand ça pénètre ça reste (et y'a pas que le froid... Blague vaseuse à deux balles)... Au passage, je m'étais cassé la gueule dans les escaliers... Oui, journée de merde, oui, on pouvait dire ça comme ça. Bon, ça faisait une petite heure qu'elle m'avait lâché, la poisse. Pouvais-je espérer que ma journée serait bonne au final ? … Je vous le dirai ce soir.

Après une clope dehors (oui je suis un homme à risque, vous le savez bien), j'enchaînais quelques cours avant la pause de midi. De nouveau clope... Et oh, joie, la poisse m'avait laissé tranquille ! Putain ! Ce fut donc sans me demander ce qui allait arriver que je donnais mon dernier cours de la journée et qu'à deux heures de l'après-midi, je me retrouvais à papoter avec Chess dans le couloir, qui allait, lui, être en retard pour son cours s'il continuait. Ça n'avait pas l'air de le déranger outre mesure. Mais on nous interpella, une voix féminine, une pointe d'autorité dans la voix, ferme et douce... Une dominante de toute évidence. Et pas une gamine effarouchée, ça changerait un peu. Avec un peu de chance, elle serait ouverte à mon charme dévastateur.

Je me tournais vers elle et la regardais avec un sourire en coin. Elle eut l'air passablement choquée... Je la connaissais ? Hmmm.... Je ne voyais pas d'où, pourtant, à son expression, elle me reconnaissait bien de quelque part. Ou alors elle se trompait. Je lui montrais la direction.

« Sans doute dans son bureau, Mademoiselle. Besoin que je vous accompagne ou vous connaissez le chemin ? »

Je lui aurai bien adresser un clin d'oeil, mais ce fut comme si mon esprit refusait de m'obéïr. Cette femme, cette brunette, au nez droit, aux longs cheveux bruns... Et ses formes... tout cela me rappela un passé bien trop lointain. Le symbole de la DCMI sur son sac. Non... Je dus pâlir et mon sourire s'effaça de mon visage. Elle avait tellement bien vieilli. Elle était sûblime... Et dieu que cela me faisait mal de la revoir, des années plus tard. Je ne dis rien cependant, même si je devais littéralement me décomposer devant ses yeux... La seule et unique femme que j'avais aimé dans ma vie. Je déglutis, un sourire sans doute un peu crispé se dessinant sur mon visage.

« Perséphone... Ça fait un bail, dis... Qu'est-ce que tu fais dans le coin ? »

J'aurais aimé être sec et froid... Distant. Mais il fallait dire que la revoir me perturbait un peu, il fallait que je me reprenne, en urgence ! Sinon, c'était la honte et la descente assurée !
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Mer 8 Juil - 9:59

Amour blessé et souvenirs amer




Ce n'est pas vrai... La seule personne que je n'ai jamais aimé de toute ma vie était là devant moi. Mike Owens. Je l'avais reconnu tout de suite, ses yeux n'avait pas changé. Mais il avait bien grandi. Il me dépassait aisément alors que dans mon souvenirs nous faisions la même taille à l'époque, ses cheveux avaient foncé avec le temps ce qui rendait l'éclat de ses yeux bleu électrique encore plus intense. Après la stupeur passée, je me ressaisis et repris mon masque de glace. Il semblait ne pas m'avoir reconnu dans l'immédiat et semblait ne pas avoir changé non plus de caractère. Besoin que vous accompagne ou vous connaissez le chemin?

J'allais lui répondre que c'était bon sur un ton froid et sec mais ses yeux me fixais alors avec étonnement. Il m'avait enfin reconnu. Et son visage se décomposa sous mes yeux. Petite victoire après tant d'année à m'imaginer ces retrouvailles et finalement ne plus les espérer pour finir par l'oublier. Mais tout ceci n'avais duré que quelques secondes et déjà il se reprit avant de déclarer que cela faisait un bail et ce que je faisais ici.

Cette fois ci c'était moi qui fut étonnée et cela se montra par un haussement de sourcil. Je venais de lui dire et voilà qu'il me reposait la question. L'aurais je perturbé? Certainement. A mon avis il ne s'attendait certainement pas à me voir ici. Comme moi. Mais dans un sens, cela me réconforta en me disant que j'avais une raison bien valable d'être là. Et finalement je lui souris et lui répliquais:

-Owens! fis je sur un ton doucereux. Effectivement cela fait un bail. Qu'est ce que tu deviens? Car si il était ici, à mon avis il devait être professeur mais de quoi? Ah, parce qu'en plus d'être long à la détente, tu es devenu sourd? Je viens voir le directeur pour parler affaire.

J'étais mauvaise. Je ne voulais pas être si dure dans ma voix mais la rancœur de cette humiliation qui pourtant s'est produite il y a des années resurgit à cet instant précis contre cet homme. Je lui souriais et le dépassa. Son collègue avait disparu et nous n'étions plus que tout les deux dans le hall d'entrée. Je connaissais le chemin mais finalement l'idée qu'il m'accompagne me plaisait bien. Histoire de papoter et... de lui en envoyer dans les dents.

-Hum dit moi Owens, je ne suis plus très sure du chemin. M'accompagnerais tu?

Je lui lançais un sourire très mais alors très faux. Et si jamais il n'accepterais pas ce n'était pas grave, cela ne me gênait aucunement!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Jeu 9 Juil - 23:57


     

Vraiment pas la journée


     


Je pensais ne jamais la revoir. Perséphone Haros... Cela me faisait remonter quelques années en arrière. Je devais avoir vingt ans. Elle en avait dix-huit... J'étais en parcours de Médecine Magique avec les potions en option, afin d'approfondir mes connaissances. Maîtres des potions voilà ce que je voulais être, et reprendre l'entreprise familiale, mes deux frère étant deux gros nuls de base en potion. A l'époque, j'étais encore pleins d'illusions, persuadé de diriger les Owens dans vingt années, marié et entouré d'une belle femme et de merveilleux enfants. Mais je voulais prendre mon temps. Je n'avais jamais été du genre à me précipiter. Mais je l'avais quand même rencontrer, la femme qui ferait mon petit bonheur et que je voyais bien devenir Madame Owens... Perséphone. Elle venait tout juste d'entrer en Communication Magique. Elle était belle, ambitieuse et dotée d'un caractère aussi merdique que le mien. Tous les deux fiers, arrogants, orgueilleux... Bref, j'étais tombé éperdument amoureux d'elle.

Malheureusement, cela n'allait pas durer. Et pour ça, il fallait compter sur mes frères. Tous deux à l'époque fréquentaient déjà des filles et sur le point de se marier, pour Zachary du moins. Et notre famille se targuaient de ne fréquenter que des Sang-Purs sur trois générations. Ma famille était loin d'être Mangemort, mais très traditionaliste, souhaitait une famille de sorcier pure souche. Ainsi, quand ils apprirent que je fréquentais une sang-mêlée, ils le rapportèrent immédiatement à mon père. Le lendemain, le cœur déchiré, je plaquais lamentablement Perséphone, et, à partir de cet instant, devint encore bien plus un connard que je ne pouvais l'être. Ne pouvant fréquenter qui je voulais, et bien je ne me marierais point. Et personne ne pourrait me forcer. Bien entendu, elle n'est nullement au courant de cette histoire. Pour elle, j'avais profité de ses sentiments pour moi pour lui voler sa virginité et partir comme un salaud. Il était vrai qu'à présent je ne me gênais pas pour le faire, mais à l'époque... Non, je ne l'aurai jamais fait.

À sa pique, je ris. Il fallait que je prenne tout cela à la dérision. Que je ne lui montre rien. J'eus un petit sourire en coin, prêt à plaisanter pour les apparences.

« La vieillesse, certainement, ma chère. Ou l'habitude du bruit en classe, ça n'arrange rien vois-tu ? »

Mon pauvre, tu t'enfonces clairement là. Elle avait l'air remontée et prête à m'en envoyer à travers la gueule. Parfait ! Quand on savait pas, on fermait sa gueule, en général. Ce n'était pas son genre. J'allais la laisser cracher son venin... Pour finir, un jour par lui balancer ce qu'il s'était réellement passé. Elle se sentirait tellement mal que ça en serait jouissif. Alors qu'elle me proposais avec un sourire plein d'hypocrisie de l'accompagner, je lui renvoyais le même sourire, un brin enjôleur en plus.

« Avec plaisir. »

Ce qui était complètement faux. Ma compagnie la ferait certainement chier, autant en profiter. Je fixais son sac.

« Communication Magique hein ? Au ministère hein ? Quel post ? Directrice, j'imagine ? »

Tout cela dit avec l'ironie la plus profonde. Elle était tellement ambitieuse, que cette simple remarque, alors qu'elle n'était certainement pas directrice (elle ne se déplacerait pas sinon, voyons), devrait la remonter un peu, pour mon plus grand plaisir
.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Ven 10 Juil - 9:57

Amour blessé et souvenirs amer




A peine mon venin craché que je le voyais redevenir Mike Owens, le connard devant mes yeux. C'en était extrêmement troublant en réalité de me dire que nos vies auraient été certainement très différente si il n'y aurait pas eu toute cette histoire. Mais ne refaisons pas le monde avec des si et à ressasser le passé, rien ne sort de bon généralement. Je me tenais droite devant Owens. J'étais plus forte maintenant qu'il y a vingt ans. Et surtout je n'étais plus cette Perséphone naïve de l'époque.

Il ria. Son rire me sortit de mes pensées et le fixa, le regard noir. Qu'y avait il de drôle dans ce que j'avais dit? Apparemment quelque chose d'hilarant. Et finalement il me répondit me disant que c'était certainement la vieillesse ou le bruit en classe. De nouveau je haussais un sourcil d'un air de dire "t'es sérieux là?" et finalement sourit en coin de lèvre. Je le fixais mais ne dit rien. Mais je n'en pensais pas moins. Pour moi, seul mon regard parlait à ma place à cet instant. J'étais moqueuse. Et quand je lui demandais de m'accompagner, voilà qu'il vint vers moi dans un "avec plaisir" beaucoup trop charmeur à mon goût. Je n'étais pas vraiment sure de gagner sur ce terrain là. Non, allez ressaisis toi Persé.


Je commençais à monter les marches, la présence de Owens à mes côtés. A vrai dire, je connaissais le chemin par coeur mais si je lui avait demandé c'était surtout pour savoir ce qu'il devenait. Apparemment lui avait compris mais il ne semblait pas le croire. Sa voix était trop sarcastique pour que ses paroles soient vraies.

-Tu as tout compris Owens. Je suis directrice du DCMI et c'est pour les deux attaques qu'il y a eu à ici que je suis là.

J'espérais que lui dire la vérité lui clouerait le bec un minimum. Je détestais qu'on ne puisse pas croire en mes capacités... Attendez, qu'est ce que j'en ai à faire de Owens en réalité? Cela me faisait clairement ni chaud no froid qu'il pense que je ne suis qu'une employée. Bon apparemment pas vue comment je me sentais insultée. Je le toisais de mon regard marchant à côté de lui et regarda devant moi de nouveau. Il semblerait que lui aussi m'ai perturbée...

-Et toi, professeur apparemment.

Si quelqu'un de naïf aurait écouté notre conversation, elle semblerait des plus normales. Si on enlevait la rancœur, le sarcasme et l'ironie dans nos voix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Dim 12 Juil - 3:02


Ping Pong ?



Je dus retenir mon étonnement... Putain, elle était VRAIMENT directrice du département de Coopération Magique Internationale ? Vraiment ? Putain Owens, t'aurais pas pu fermer ta grande gueule, pour une fois ? Alors pour te faire avoir aujourd'hui, tu es fort.... Mais dans le fond, cela ne m'étonnait pas, et dieu que j'étais fier. Cette femme avait été ma petite amie, elle aurait pu devenir ma femme, bordel de merde ! Je n'aurai pas épousé n'importe qui. Elle était ambitieuse et intelligente, en plus d'être belle. Elle avait tout pour elle, alors forcément, elle réussissait, c'était normal. Mais putain que je me sentais con ! Il ne fallait pas qu'elle le sache bien entendu, aussi reprenais-je sur une voix neutre, sans sentiments.

« L'attaque à la rentrée et l'attaque du Lac Noir, c'est ça ? La première a eu lieu il y a quatre moi, la seconde, il y a deux mois... Un peu tard pour se déplacer pour en parler, tu ne crois pas ? À croire que le Ministère se contrefiche de l'avenir des sorciers de notre nation.»

Et je n'exagérais pas. Quatre mois, c'était plus qu'un délai abusé. Elle voulait me clouer le bec avec ses capacités éblouissante ? Bien, je lui fermerai son clapet sur incompétence du Ministère et de son département à gérer une crise dans notre école. Oui, pour une fois, j'agissais en professeur responsable, parce que ça me plaisait de l'emmerder. Elle ne savait pas le fond de l'affaire. En vingt années, je ne l'avais jamais oublié et j'avais même fait tout pour qu'elle ait une vie heureuse, loin de moi et de ma famille de connards finis. Mais elle m'en voulait toujours. Soit. J'allais lui donner de bonne raisons de me détester, si elle ne cherchait que ça.

Le mot professeur claqua comme une insulte dans sa bouche et je dus faire un gros effort pour ne pas paraître blessé. Putain, la garce ! Je souris pourtant, évitant de cracher tout mon venin immédiatement. Tout vient à point à qui sait attendre et je n'étais pas genre d'homme à me presser, surtout pour faire chier le monde... Surtout pour l'emmerder, elle, à présent. Elle avait beau avoir tout ce qu'elle souhaitait, elle n'était pas heureuse, et je ne perdrais nullement l'occasion de lui balancer dans les dents. En attendant, il fallait que je défende ma croûte.

« On ne dirait pas comme ça, mais j'ai volontairement décidé de consacré ma vie à ses jeunes sorciers. L'art des potions est relativement compliqué et au vu de mon talents, c'est une chose que je leur enseigne avec l'aisance d'une sirène nageant dans le Lac Noir... Une sirène saine et non ensorcelée, bien entendue. »

Pan, seconde pique sur la dernière attaque. Un de mes collègue était mort et de nombreux élèves avaient été blessé. Agir pour l'école deux mois plus tard ressemblait pour moi à une vague insulte à l'enseignement. Et puis, cela permettrait peut-être qu'elle ne s'arrête pas trop sur mon métier. Professeur, ce n'était rien à côté de ce qu'elle était, mais c'était toujours mieux que de travailler à la solde de mes frères aînés. Mais je ne pouvais lui dire. Mon explication suffirait sans doute.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Lun 13 Juil - 1:25

Amour blessé et souvenirs amer




Il ne semblait pas plus étonné que cela que je sois Directrice ce qui me vexa. Non pas qu'il ai des doutes mais qu'il pouvait en savoir autant sur moi pour que cela ne l'étonne pas. Je continuais de marcher normalement, mes talons claquant sur le carrelage fait de dalle de pierre. Finalement je regardais de nouveau son visage, une drôle d'expression y trônait mais j'étais incapable de savoir ce qu'il pensait. Le bougre. Peut être que si je lançais un stupéfix et après un légilimens, je saurais? Nan Perséphone. Il serait capable de se venger en te faisant boire du véritaserum, vaut mieux pas prendre ce risque. Seul Merlin sait à quels points des secrets doivent rester des secrets.

Sa première tirade me paralysa et me vexa au plus profond de moi. Ce n'est pas ma faute si Elias n'as demandé mon aide que maintenant! Fière comme j'étais, je gardais la tête haute alors que j'exprimais clairement le fond de ma pensée.

-Ce n'est pas ma faute à moi si le Ministre et le Directeur ont suggéré mon aide que maintenant!

Cela ne me dérangeait pas de critiquer le Ministre. Il n'était qu'un pantin à la solde de celui qui avait la bourse la plus rempli et sur son visage, on voyait clairement que la flamme de la passion de ce qu'il faisait c'était éteinte. Mais pas moi. Et cela faisait quelques temps déjà que j'étudiais le dossier. Ce n'est pas comme si j'arrivais que je ne savais pas de quoi je parlais. Je continuais le chemin. Déjà au deuxième étage. Et les escaliers semblaient peu enclins à ce que nous arrivions vite à destination.

Alors que je lui avais demandé si il était professeur, je vis avec satisfaction ses yeux se figer. Son visage ne montrait rien par contre. Juste ses yeux. Deux flammes bleutées. Okay, Perséphone, on se calme! Il m'affirma alors d'une voix que je trouvais passionné. Je me souviens qu'à l'époque c'était les potions qui lui plaisait le plus. Mais je trouvais cela bizarre qu'il se contente de travailler en tant que professeur. Il était bien plus ambitieux à l'époque. Je fronçais les sourcils, pas du tout satisfaite de sa réponse et du pique qu'il m'avait envoyé. Avait on autant changé en vingt ans? Apparemment oui.

-Je me souviens qu'à l'époque, tu n'aspirais pas à être que professeur de potions il me semble. dis je avec beaucoup de curiosité dans la voix. Et tes piques ne marche pas Owens. Si c'était moi qui aurait décidé, je serais intervenue dès l'attaque du Lac Noir et je n'aurais pas attendue Thanksgiving pour agir.

Il veut jouer à qui aurait la plus grande? Pas de problème. Je continuais de marcher doucement vers le bureau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Ven 17 Juil - 1:28


Putain...



Pas sa faute... Je levais les yeux au ciel et me raclais la gorge. Je sentais bien que je l'avais vexée, la minette. Et j'étais loin d'en avoir fini avec elle. Je hochais la tête.

« Pas comme si ça avait fait la une de la Gazette, tu sais. Mais je comprends, tu dois être une femme très occupée, en tant directrice de ton département. D'ailleurs félicitations, tu dois être une des plus jeunes directrices jamais nommées. »

Oui je ma félicitais en même temps que je la cassais. Intérieurement, ça me faisait bien marrer dans le fond... Ou pas. Mais il fallait que je le fasse pour ne pas me déstabiliser devant elle. J'étais déjà bien assez troublé par sa présence. Il était hors de questions qu'elle me déstabilise au point que j'en perde mes moyens. Et pourtant, Dieu savait qu'elle me perturbait au plus haut point. Je la regardais, du coin de l’œil, sans qu'elle ne me remarque. Elle était déjà belle à l'époque, mais les années lui avait réussi. Elle avait ce port de tête et ce nez droit qui me faisait penser à une déesse grecque... Sans parler de ses courbes qui tenait bien plus de la femme à présent que de l'adolescente. Bon, ok, elle me faisait autant d'effet qu'à l'époque.... Même plus, en réalité.

PAF ! Nouvelle pique de sa part. On aurait dit deux joueurs de ping-pong acharnés qui ne souhait qu'une chose, gagner au point de descendre l'autre. Je levais les yeux au ciel.

« Les choses changent, Perséphone, toi même tu devrais le savoir. J'ai travaillé deux années pour ma famille, une en tant que chargé de potions pour le ministère. Mais au final, ça ne m'allait pas. Je ne serai pas professeur toute ma vie, mais c'est un passage obligatoire si je veux pouvoir faire ce que je veux ensuite. Et actuellement, je vais être franc, le poste de Professeur de Potions me va très bien. »

Parce que je n'avais pas le choix. Mon père avait eu assez d'influence pour me faire arrêter de travailler pour le Ministère, soit disant que ce n'était pas ma place. Refusant de travailler au sein de la famille, nous avons eu une violente dispute et j'ai postulé en tant que professeur à vingt-sept ans, par pure provocation à la base. J'avais été accepter. Depuis je ne parlais à ma famille que lors des réunions de famille... Ou alors ils me convoquent, comme si j'étais un étranger. Mais ça m'allait bien. Je soupirais de nouveau.

« Tout le monde sait que le Ministère fait tout pour ne pas se mêler des affaires de Poudlard.... Et le Ministère déteint, j'ai vu ça sur mon frère. »

Je n'aimais pas vraiment jouer à ce jeu de « Qui pisse le plus loin ? » avec elle. C'était d'un ridicule, on aurait dit deux adolescent en pleine engueulade. Heureusement, nous arriverions bientôt au bureau du directeur, et je la laisserai là, encore une fois derrière moi. Je continuais, doucement, sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Lun 20 Juil - 22:49

Vieille rancune et même refrain




Cette fois ci je regrettais amèrement de lui avoir demandé de m'accompagner. Je continuais de marcher d'un pas rapide vers le bureau du directeur et quand il répliqua de nouveau, cela eu le don de m'exaspérer au plus haut point. Diable ce qu'il pouvait être aussi sexy que con! Et son compliment sonna à mes oreilles comme une insulte. Il était loin d'être sérieux lorsqu'il me disait cela et ça se voyait. Je lui lançais un regard mauvais et lui affirma, cette fois ci cassante.

-Si tu penses que je peux prendre toute les libertés que je souhaite, tu te trompes lourdement. Et comme je te l'ai dit, si cela ne tenait qu'à moi je serais intervenue dès l'attaque du Lac Noir et pas seulement maintenant. Mais bien sur je ne peux pas parce que justement le Ministre et Elias n'intervenait pas! Je ne peux pas intervenir comme ça comme je l'entends!

Non pour ça il fallait être Ministre. Mais cela ne m’intéressait pas. Le poste que j'avais me convenait très bien et personnellement, graisser des pattes ne me fait ni chaud ni froid. Je regardais de nouveau devant moi, mon manteau serrée contre moi par mon bras droit, le bras gauche tenant toujours la pochette. Pour le coup j'avais hâte qu'on arrive et déjà nous étions à mi chemin. Lorsqu'il repris la parole parlant de son métier. Cela fit baisser la tension de mon côté. Je voyais bien qu'il aimait vraiment les potions. Mais rester professeur? Je ne le vois pas finir ainsi. Pourquoi pas Maître des Potions? Bah, cela ne me regarde pas après tout! Je ne dis rien pour le coup, réfléchissant à ce qu'il m'avait dit mais sa dernière phrase me fit voir rouge. Déteindre? Déteindre sur le gens? Il insinuait quoi là? Je fronçais les sourcils de colère mais je restais droite et digne alors que je m'arrêtais vers le septième étage et fonça vers lui, me plantant en face de lui.

-Si tu crois que le Ministère a déteint sur moi c'est que tu es loin de te douter que j'ai changé. Qu'on a changé tout les deux! Et je suis loin du genre à aimer qu'on me graisse la patte.

Je me retournais et continua de marcher d'un pas rapide et je me retournais vers lui, mauvaise au plus haut point.

-Et je n'ai pas besoin de l'avis d'un vulgaire professeur en ce qui concerne les affaires du Ministère. Maintenant si tu veux bien, je me souviens du chemin.

Je continuais un peu plus et repris sans le regarder, la tristesse m'envahissant soudainement remplissant mon coeur de rancœur.

-Ce fut un plaisir Owens!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   Dim 26 Juil - 17:04


     

On a tous changé !  


     


Je l'avais blessée. Je ne sentais à sa voix et à son regard. Je ne répondis pas lorsqu'elle me dit qu'elle ne pouvait prendre toutes les libertés qu'elle voulait. Elle avait raison. Elle était loin d'être ministre de la magie, et si mes souvenirs étaient bons, elle n'avait pas l'ambition de l'être. C'était plus mon genre, d'ailleurs. Elle n'avait pas eu la demande d'intervenir, mais n'avait pas non plus fait cette demande en express, alors que nous en avions besoin. Je ne lui reprochais pas, cependant. Je prenais conscience que je n'étais pas en guerre contre elle. Elle était la seule femme que j'avais jamais aimé, et la revoir ainsi soulevait en moi une multitude de questions et des sentiments bien trop longtemps enfui. J'étais allé trop loin. J'allais m'excuser de mon indélicatesse (chose que je ne ferai pas avec tout le monde, je préfère prévenir). Mais elle me coupa dans mon élan. Bien sûr que je savais qu'elle ne graisserait la patte à personne, elle était comme moi, bien trop fière pour le faire. Mais ce qui vint ensuite me glaça intérieurement et me pétrifia. Moi ? Un vulgaire professeur ? Elle marchait alors que j'étais arrêté au milieu du couloir. Comment pouvait-elle ? Comment osait elle ? Je sentais en moi la rage et la tristesse. Et la première l'emporta d'abord. Je la rattrapais en quelques pas et me plaça devant elle, pilier immobile qu'elle ne pourrait faire bouger. Je la fixais de mes deux grands yeux bleus perçant, pleins de colère et de désespoir. Ce fut d'une voix posée mais légèrement tremblante que je lui parlais.

« On a changé... On a tous les deux changé. Et moi qui allait m'excuser, je me demande même comment cela a pu m'effleurer l'esprit quand je vois comme tu traites tes semblables, comme tu ME traites. La Perséphone que je connais n'aurait JAMAIS dénigré le poste de professeur, ni même ce que je suis devenu. Et cela même après notre rupture. »

Je sortis un billet de ma poche et lui fourrais de force dans la main.

« Demain soir, c'est le bal de Noël. En souvenir du bon vieux temps... Et si jamais tu souhaites le fêter en toute humilité, Madame la Directrice. »

J'avais pris un ton  volontairement sec et ironique. Mais je me sentais vaciller de seconde en seconde. Je me tins droit devant elle, inclinait légèrement la tête, et la fixa de nouveau.

« Au plaisir, Mademoiselle Haros. »

Elle n'avait pas d'alliance, elle n'était donc ni mariée, ni fiancée. J'appuyais lourdement sur le Mademoiselle. Puis, je la contournais et repris les escaliers en direction des cachots. Je ne souhaitais à personne de me croiser, et fort heureusement, je ne croisais personne. Arrivé dans mon bureau je m'enfermais à double tour, et dans un accès de rage, renversait violemment mon bureau et ma bibliothèque. Un coup de baguette et on ne verrait plus rien, mais là, mes sentiments parlaient. Je m'assis sur mon siège et pris ma tête entre mes mains, une larme coulant sur ma joue gauche... La première larme depuis une vingtaine d'année.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Excusez moi mais vous êtes?" ft Mike Owens   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mais qu'est-ce vous foutez???
» Vous le saviez et vous ne m'avez rien dit ?
» "Vous connaissez mon nom mais vous ne connaissez pas mon histoire."
» Vacheron métiers d'ART
» Le S.D.F. ( Théâtre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Seeker Upon Disney :: DH vol. 1 :: RP - Intrigues-